Fiche : Officier de l'armée de l'air

OFFICIER DE L'ARMEE DE L'AIR

 

Seul l’officier de l’armée de l’air a le droit de piloter un avion ou un hélicoptère. Mais contrairement aux apparences, il est rarement dans l’air : il passe plus de 50% de son temps au sol, à encadrer des mécaniciens ou à contrôler l’espace aérien. Il dépend du Ministère de la Défense. Sa mission principale est de protéger son territoire aérien lors de danger. Il peut aussi participer à des missions humanitaires comme évacuer des populations en danger ou encore les approvisionner. Lorsqu’il n’est pas dans l’air, l’officier de l’air se charge du renseignement, de l’informatique ou des fusiliers de commandos. Au cours de sa carrière, il commencera alors officier sous-lieutenant non naviguant puis officier sous-lieutenant naviguant et enfin colonel naviguant.

 

 

Pour y parvenir, deux possibilités existent:

 

  • Par l'acquisition d'un baccalauréat scientifique, puis d'une classe préparatoire de type MPSI (Mathématiques, Physique Chimie, Science de l'ingénieur) qui mène au Concours de l’École de l'air pour une formation de 3ans (à Salon de Provence (13) ou à Cognac (16) )

  • Par l'acquisition d'un baccalauréat général ou technologique, afin d'entamer les 3ans de formation au sein de l'Armée de l'air sans passer par le Concours. En revanche la sélection sur dossier sera beaucoup plus rude. Les élèves seront qualifiés comme Élève officier sous contrat (OSC). Donc moins gradé car l'élève détiendra une licence contrairement à un master, ce n'est donc pas négligeable.

 

Les statistiques en terme de réussite pour la 1ère année en 2012 à l’École de Salon de Provence : 2231 candidats , 2,8% admis , 2,8% intégrés , 2,5 % places (offertes en 2013). Pour la 3ème année, plus que 60 candidats ,1,6% admis (bac + 5), 1,5% intégrés ,2,4% places (offertes en 2013).

 

Des conditions requises

De nombreuses conditions sont exigées dans l'engagement. En effet, il faut être âgé bien évidemment de nationalité française et être âgé de 17 à moins de 24ans lors du dépôt de la candidature. Le métier cesse aux alentours de 35-40ans, d'une part car la retraite est assurée tôt par l'armée, d'autre part car la vue devient moins excellente et les capacités sportives diminuent avec l'âge.

 

Mixité dans l'Armée

Il faut noter que les femmes représentent près de 22% des effectifs de l’armée de l’air où elles exercent toute la palette des métiers qui y sont offerts. L’armée de l’air est la plus féminisée des trois armées et se conjugue de plus en plus au féminin.

 

 

 

Le Salaire

Le système de rémunération pour un officier est de l'ordre de 1350Euros durant l'ensemble de sa formation, puis de 2600 jusqu'à 50000Euros après son diplôme d'Ingénieur de l’École de l'air.

La rémunération progresse au cours de la carrière et s’assortit de certaines primes et indemnisations, en fonction des missions effectuées, des responsabilités exercées ou en compensation de certaines obligations.

 

Des contraintes et des charges psychologiques associées

Un officier est souvent mener à être éloigné de sa famille (il change de régiment tous les 5ans), sans oublier les missions à l'étranger.

De plus de nombreux accidents du travail peuvent surgir tels que des accidents cardiovasculaires, ou pire encore des décès.

Le pilote étant souvent en altitude est encore plus exposé au rayonnement ultraviolet : des cancers de la peau peuvent donc surgir. Des troubles visuels et auditifs peuvent également faire leur apparition suite aux brusques accélérations et décélérations (facteur de charge G trop important). Certains troubles psychiatriques et syndrome post-traumatique peuvent apparaître, c'est pour cela qu'il existe une visite médicale sévère et des tests psychologiques pointus passés ultérieurement afin de déterminer si la personne est apte à l'affectation autant psychologiquement que physiquement. En terme de contraintes organisationnelles, l'officier se doit d’obéir à sa hiérarchie:il doit avoir le sens du devoir et se rendre disponible : les horaires sont souvent variables et l'officier peut être amener à travailler de nuit.

 

Des points positifs

S’engager dans l’armée de l’air, c’est avoir la certitude d’intégrer une communauté où la cohésion et l’esprit d’entraide sont des valeurs bien réelles. C’est aussi recevoir une formation initiale complète durant laquelle le nouvel engagé est logé, nourri, blanchi et rémunéré.
C’est ensuite avoir accès à la formation continue tout au long de son parcours professionnel. C’est également pouvoir évoluer dans une extraordinaire diversité de métiers, avec l’opportunité de réaliser quelque chose de différent, voire d’exceptionnel.
 

 

Evolution et Reconversion

Le grade de l'officier peut évoluer, aucune condition de temps n'est imposé pour un grade. Le grade peut être un degré d'honneur, une dignité ou un rang dans la hiérarchie. Les différents grades pour un officier sont classés de la façon suivante : Aspirant, Sous-Lieutenant, Lieutenant, Capitaine, Commandant, Lieutenant-Colonel et enfin Colonel.

L'officier sous contrat signe un engagement de 10ans, par la suite il pourra devenir officier de carrière par concours interne, ses contrats lui permettront de servir pendant 20ans. Quant à l'officier de carrière, il servira durant 25ans. En terme de reconversion, un accord existe entre Air France et l'armée de l'air, de ce fait la plupart des pilotes de chasses deviennent pilote de ligne. Sinon, lorsque le pilote quitte le personnel naviguant, l'armée se charge de lui trouver une formation appropriée.

 

L'exemple de Mickaël Nofe ancien pilote d'hélicoptère de l'ALAT (Aviation légère de l'armée de terre) titulaire d'un baccalauréat S, ayant eu une formation de 6mois à l’École des sous-officiers spécialité transport, ce dernier souhaitait être reconverti dans l'armement. L'armée de terre refusa car jugé instable dans ce domaine (test psychologique). En revanche, elle lui proposa un poste adapté à ses compétences dans les renseignements militaires, plus précisément dans les écoutes de télécommunications (satellites).

 

Des métiers associés

Le métier de pilote de transport (hélicoptère) est associé au métier de pilote de chasse, il s'occupe d'acheminer les troupes, le matériel.

Le métier de commando marine l'est également, il contrôle tous les trafics comme la contrebande, l'immigration, le terrorisme et la piraterie.

Sources:

http://www.captainjanse.com/devenir-... http://air-touteunearmee.fr/

http://www.airemploi.org/bin/f/metie...

Informations également recueillies auprès de l'Adjudant Jean Christophe DUPUY au CIRFA et d'un pilote (chef de bord) Mickaël Nofe

 

Présentation Effectuée par : Lisa Rekaiba et Sylvain Coutu