Allons au théâtre : saison 2016-2017

Allons au théâtre saison 2016-2017

 

Dates/Horaires

Spectacles

Arts vivants

Lieux

Durée

Prix

Mardi 8 novembre

20h00

La Mouette

Théâtre

Th de Nîmes

2H10

11

Mardi 22 novembre

20h00

Tristan & Isolde "Salue pour moi le monde !"

Danse

Th de Nîmes

2H (entracte)

11

Mardi 29 novembre

20h00

Hyacinthe et Rose

Théâtre

Th de Nîmes

1h10

9

Mercredi 7 décembre

19h00

Vera

Théâtre

Th de Nîmes

2h00

9

Jeudi 15  décembre

20h00

Beyond

Cirque

Th de Nîmes

1H 15

9

Jeudi 26 janvier

20h00

Parallèle

Théâtre-danse

Th de Nîmes

1H15

9

 

MODALITES

VOUS CHOISISSEZ  1 OU PLUS DE SPECTACLES LE PRIX EST AU TARIF NON ABONNE

 

3 CONSIGNES

  1. CHEQUE A RENDRE AVANT LE  VENDREDI 30  SEPTEMBRE A VOTRE PROFESSEUR DE FRANÇAIS
  2. CHEQUE A L’ORDRE DU THEATRE DE NIMES ACCROCHE PAR UNE AGRAPHE A LA FICHE ABONNEMENT remplie soigneusement (vérifiez le montant du chèque)
  3. Pensez au covoiturage, si problème de transport voir avec le professeur

BONS SPECTACLES !!   quelques photos  www.theatredenimes.com

 

La programmation

 

La Mouette

Dans cette maison au bord d’un lac, les personnages nous livrent leurs passions, rivalités et illusions… L’énergie d’un jeu instinctif est le pouls de ce spectacle sur la place de l’homme dans la société, le conflit entre les générations et surtout l’art et l’amour. Dans une langue moderne, vive et rythmée, Ostermeier affirme, cent ans après et plus que jamais, la puissance du théâtre de Tchekhov.

 

Tristan & Isolde"Salue pour moi le monde !

Joëlle Bouvier dirige dans un grand mythe de l’amour impossible, sur la musique de l’opéra de Wagner. Sa danse incarne l’élan de la passion d’Isolde qui, pour venger la mort de son fiancé, fait boire à Tristan un poison sans savoir qu’il s’agit en fait d’un filtre d’amour.
En trois tableaux, elle équilibre subtilement les interventions des protagonistes principaux et le corps de ballet. Le défi tient aussi dans la force d’évocation d’un plateau dépouillé où voiles, bâtons et planches manipulées par les danseurs deviennent flot, bateau, arme, forêt… Duos ou scènes de foules, portés et sauts éblouissants, corps-à-corps poignants, l’interprétation est saisissante de perfection.

 

Hyacinthe et Rose

Du haut de son talent généreux, François Morel distille ses souvenirs d’enfance chez ses grands-parents, Hyacinthe et Rose. Il est coco, aime le bon vin et la belote ; elle est catho, préfère l’eau de mélisse et le tricot. Ils ne s’entendent sur rien, si ce n’est leur passion des fleurs…
En une fable sentimentale à l’humour bucolique, il invente une histoire pour chaque fleur. Hortensia, coquelicot et un bouquet de digitales, chacune a son jardin secret. Le comédien incarne à tour de rôle tante Noémie, le curé ou le cousin fayot… En compagnie du multi-instrumentiste Antoine Sahler dans un décor d’herbe verte, Monsieur Morel s’empare une fois de plus des petits riens de la vie et fait des étincelles.

 

Beyond

 Forte de ses succès à travers le monde, la compagnie australienne Circa fait événement avec Beyond, « aller au-delà ». Tout est possible dans l’univers de ces athlètes inspirés qui nous invitent à franchir la frontière entre rêve et réalité. Explorant l’animalité cachée en chaque être humain, ils enflamment la piste où corps, lumières, son et technique vibrent à l’unisson.

Inédit, on y savoure une égalité homme-femme émérite avec d’incroyables porteuses qui déploient leur force en rayonnant d’un naturel gracieux. Equilibristes et voltigeurs, au trapèze ou au mât chinois, tous enchaînent leurs numéros sans peur du risque, avec une bonne dose d’autodérision et une folle énergie.

 

Vera

Critique de la société libérale, Vera raconte la descente aux enfers d’une directrice d’agence de castings. Autour de ce personnage cynique interprété par Karin Viard, Marcial Di Fonzo Bo, Pierre Maillet et leurs complices endossent pas moins d’une vingtaine de rôles.
La pièce est un montage plein d’ellipses et d’entrecroisements de situations. Elle offre au duo Vigier/Di Fonzo Bo une dynamique cinématographique à la hauteur de leur excentricité au plateau. Mettant en valeur le jeu des acteurs, l’efficacité de cette tragi-comédie est de nous tendre un miroir assurément drôle et grinçant.

 

Parallèle

Bruno Geslin s’immisce dans les revers de la propagande fasciste, avec l’apologie du sport lancée par Mussolini dès son arrivée au pouvoir en 1922 : un embrigadement des masses, et de la jeunesse en particulier.

Touchant autant au politique qu’à l’esthétique, Parallèle aborde le pouvoir et l’engagement, le contrôle de la pensée, creusant encore plus loin la question de la représentation du corps. Elle est ici sublimée, avec en scène Nicolas Fayol, complice de Bruno Geslin, danseur-performeur et l’artiste circassien Salvatore Cappello rencontré à l’Académie Fratellini. Dans une composition scénique où la vidéo, le son et la lumière sont acteurs à part entière, Bruno Geslin s’affirme une fois de plus en maître du plateau.