La Fontaine au lycée de Milhaud

LA FONTAINE AU LYCEE DE MILHAUD


 

Lundi 4 et mardi 5 janvier 2021, dans l’amphithéâtre du lycée G. de Gaulle Anthonioz, la compagnie nîmoise La Plateforme a joué les Fables de La Fontaine pendant 1h30 devant des classes de Premières de l’établissement. Ce spectacle présenté avec succès au festival d’Avignon en 2014 et 2015 a aussi plu aux futurs bacheliers qui étudient ce classique en cours de français.

La réussite de ce spectacle tient à ce que les 14 Fables sélectionnées par le comédien Pierre Gorses soient revisitées dans un monde contemporain. En effet, tout en respectant à la lettre, la langue du 17ème siècle, l’action est parfois décalée, le loup peut devenir un membre de la pègre, le lion se transforme en un juge véreux, tandis que la tortue est un sportif looser…

On souligne aussi un dispositif ingénieux qui permet au spectateur de comprendre qu’on change de fables : des néons portant des chapeaux variés. Chaque fois que le comédien incarne des personnages, il enfile un chapeau qui caractérise une classe sociale, connote tout de suite un défaut de l’homme ou un vice de notre société. Les élèves ont par exemple été touchés par l’injustice faite à la cigale, devenue le consommateur pris au  piège des crédits. Incomprise par le banquier, à savoir la fameuse fourmi, elle devient avec son chapeau melon anglais, le business anglais insensible à la misère.

De plus, le jeu d’acteur de Pierre Gorses est précis pour offrir autant de situations modernes différentes comme dans « Le Chêne et le roseau » dans laquelle le noble du siècle de La Fontaine devenu le bourgeois d’aujourd’hui semble bien inférieur à l’ouvrier du XXI° siècle en constante reconversion pour survivre. 

Enfin, le bord de scène a dynamisé ce moment, le comédien a répondu aux questions des lycéens et revenir sur le spectacle avec lui a permis d’éclairer cette œuvre décidément bien moderne.

Le projet artistique de la compagnie Plateforme a réussi trois points : porter un regard actuel sur les fables atemporelles, offrir un spectacle vraiment accessible à tous, et enfin mêler humour fin et littérature.